samedi 27 septembre 2014

Nouveau projet accord vendeur au 25 septembre 2014

Reunion sur l’E.P.C.S du 25 septembre 2014.

Selon la direction carrefour, nous avons été convié à une réunion d’échanges, faisant

suite au rejet de l’accord EPCS alors soumis à signature le 17 juin 2014 par l’ensemble des

organisations syndicales.

Cette réunion porte d’après ses dires, sur différents points de blocage et se propose

d’apporter les aménagements suivants :

1 -Rédaction au 17 Juin:

 Préambule :

Par ailleurs, la convergence des nouvelles technologies, l’évolution des marchés, ainsi que les

nouvelles attentes de nos clients, imposent aux parties :

- d’adapter la part variable de la rémunération des vendeurs produits et services, permettant

une nécessaire adéquation entre la performance économique de l’entreprise et les primes

des vendeurs.- de faire évoluer la fonction même des vendeurs, qui doivent impérativement

développer la notion de services client.

L’entreprise souhaite rappeler que la fonction et le rôle principal du vendeur est la vente.

Toutefois, pendant son temps de travail et en absence de clients à conseiller sur la surface

de vente EPCS, il peut être amené à effectuer différentes tâches sur le secteur EPCS. Le

vendeur peut donc dans ces circonstances, maintenir l’aspect visuel des rayons EPCS en

effectuant de la mise en rayon, du balisage, du contrôle balisage. Si le vendeur peut être

amené à faire des relevés de prix cela ne peut se faire que sur la zone commerciale du

magasin, pendant le temps de travail, le temps passé dans ce cadre devant être pris en

compte dans le calcul de ses objectifs.

La notion de service client implique l’encaissement client par le vendeur, cet encaissement

ne pouvant se réaliser que dans le respect des règles suivantes :

- Encaissements uniquement en carte bancaire (l’encaissement en espèces n’étant pas

possible) - Le vendeur n’encaisse que ses propres ventes.- L’encaissement ne se fait que sur

des caisses positionnées sur le secteur EPCS- Le vendeur n’encaisse que des produits EPCS.

Aménagement proposé :

Préambule

Par ailleurs, la convergence des nouvelles technologies, l’évolution des marchés, ainsi que

les nouvelles attentes de nos clients, imposent aux parties :

- d’adapter la part variable de la rémunération des vendeurs produits et services, permettant

une nécessaire adéquation entre la performance économique de l’entreprise et les primes

des vendeurs.- de faire évoluer la fonction même des vendeurs, qui doivent impérativement

développer la notion de services client.

La notion de service client implique le maintien de l’aspect visuel des rayons au cours de la

journée et l’encaissement client par le vendeur. Cet encaissement ne pouvant se réaliser que

dans le respect des règles suivantes :

• Encaissements uniquement par moyens dématérialisés (l’encaissement en espèces et

chèques n’étant pas possible) • Le vendeur n’encaisse que ses propres bons de ventes. •

L’encaissement ne se fait que sur des caisses positionnées sur le secteur EPCS• Le vendeur

n’encaisse exclusivement que des produits EPCS.

Si le vendeur peut être amené à faire des relevés de prix cela ne peut se faire que sur la zone

commerciale du magasin, pendant le temps de travail, le temps passé dans ce cadre devant

être pris en compte dans le calcul de ses objectifs

2- Rédaction au 17 Juin : 2- 4.8 :

 Clause de révision

A l'issue du bilan annuel présenté lors de la commission de suivi, si les évolutions de l'activité

économique devaient entrainer de façon durable :

•une dégradation des résultats du secteur EPCS ou une modification sensible du concept

EPCS bouleversant le modèle

économique du système de rémunération variable prévu par le présent accord et/ou

•une dégradation de la partie variable de la rémunération des vendeurs bénéficiaires du

présent accord si les évolutions des résultats économiques du secteur EPCS et de la partie

variable des vendeurs n'étaient pas en adéquation

Dans ces cas, chaque partie signataire a la faculté de demander la réouverture des

négociations pour réviser le présent accord. Une demande motivée écrite devra être

notifiée par lettre recommandée avec accusé de réception aux autres signataires ainsi qu'à

l'ensemble des organisations représentatives non signataires. Tout signataire introduisant

une demande de réouverture des négociations doit l'accompagner d'un projet sur les points

à réviser.

Aménagement proposé 2- 4.8 :

 Clause de révision

A l'issue du bilan annuel présenté lors de la commission de suivi: - si les évolutions de

l'activité économique devaient entrainer de façon durable :

•une dégradation des résultats du secteur EPCS ou une modification sensible du concept

EPCS bouleversant le modèle

économique du système de rémunération variable prévu par le présent accord et/ou

•une dégradation de la partie variable de la rémunération des vendeurs bénéficiaires du

présent accord si les

évolutions des résultats économiques du secteur EPCS et de la partie variable des vendeurs

n'étaient pas en adéquation - si il s’avérait que le développement du concept Carrefour «

click and collect » devait modifier l’organisation du travail des vendeurs et l’équilibre de la

rémunération définie dans le présent accord

Dans ces cas, chaque partie signataire a la faculté de demander la réouverture des

négociations pour réviser le présent accord. Une demande motivée écrite devra être

notifiée par lettre recommandée avec accusé de réception aux autres signataires ainsi qu'à

l'ensemble des organisations représentatives non signataires. Tout signataire introduisant

une demande de réouverture des négociations doit l'accompagner d'un projet sur les points

à réviser.

3- Rédaction au 17 Juin : 2- 4.12 :

Dispositions finales

2- 4.12.01 : Durée de l’accord

Le présent accord est conclu pour une durée déterminée, commençant à courir à compter

de sa date d’application, et se terminera donc irrévocablement le 30 juin 2017. Les parties

conviennent de se rencontrer trois mois avant l’échéance du présent accord afin d’en

étudier les modalités de reconduction éventuelle.

A défaut d’accord sur une reconduction avant le 30 juin 2017 le présent accord prendra

automatiquement fin à cette date.

2- 4.12.02 : Date d’entrée en application

Le présent accord entrera en vigueur le 1 Octobre 2014, hors la disposition transitoire de

l’article 2- 4.11

Aménagement proposé:

2- 4.12 : Dispositions finales

 Durée de l’accordLe présent accord est conclu pour une durée déterminée, commençant à

courir à compter de sa date d’application, et se terminera donc irrévocablement le 30 juin

2018. Les parties conviennent de se rencontrer quatre mois avant l’échéance du présent

accord afin d’en étudier les modalités de reconduction éventuelle.A défaut d’accord sur une

reconduction avant le 30 juin 2018 le présent accord prendra automatiquement fin à cette

date.

2- 4.12.02 : Date d’entrée en applicationLe présent accord entrera en vigueur le 1 Avril 2015,

hors la disposition transitoire de l’article 2- 4.11u 25/09/2014

4- Rédaction au 17 Juin :

2- 4.9 : Mise en œuvre de l’accord

Afin de faciliter la mise en place et l’application du présent accord :

Au niveau du national : Les partenaires et la direction se réuniront dans le cadre d’une

commission de suivi afin d’établir, préalablement à la mise en place de l’accord, une « notice

technique » permettant d’éviter les interprétations. Cette commission se réunira au moins à

2 reprises sur le deuxième semestre de l’année 2014

Aménagement proposé:

 2- 4.12 : Mise en œuvre de l’accord

Afin de faciliter la mise en place et l’application du présent accord :

Au niveau du national : Les partenaires et la direction se réuniront dans le cadre d’une

commission de suivi afin d’établir, préalablement à la mise en place de l’accord, une « notice

technique » permettant d’éviter les interprétations. Cette commission se réunira au moins à

2 reprises sur le deuxième semestre de l’année 2015

5- Proposition aménagement accordNégociationVendeurs – réunion du 25/09/2014

Rédaction au 17 Juin : 2- 4.11 :

 Disposition transitoire

Compte tenu des délais nécessaires pour la mise en place du présent accord et notamment

des évolutions à apporter au logiciel informatique, et sa mise en œuvre

Les parties signataires aux présentes conviennent de prolonger l’ensemble des dispositions

de l’accord vendeurs produits et services du 9 novembre 2011 dans sa dernière version,

pour une durée déterminée de trois mois soit jusqu’au 1 octobre 2014 inclus. Au terme de

ces dispositions transitoires qui prendront fin irrévocablement à la date du 1 octobre 2014

inclus, toutes les autres dispositions du présent accord entreront alors en vigueur.

Aménagement proposé: 2- 4.12 : 2- 4.11 :

Disposition transitoire

Compte tenu des délais nécessaires pour la mise en place du présent accord et notamment

des évolutions à apporter au logiciel informatique, et sa mise en œuvre

Les parties signataires aux présentes conviennent de prolonger l’ensemble des dispositions

de l’accord vendeurs produits et services du 9 novembre 2011 dans sa dernière version,

pour une durée déterminée jusqu’au 31 Mars 2015 inclus. Au terme de ces dispositions

transitoires qui prendront fin irrévocablement à la date du 31 Mars 2015 inclus, toutes les

autres dispositions du présent accord entreront alors en vigueur.

6- Aménagement proposé:

Ajout dans annexes Primes Produits

La volonté est que la part de prime liée aux produits (nationaux et locaux) tende en

moyenne annuelle vers environ 60% du total de la prime, valeur pouvant fluctuer en

fonction du poids des autres critères

La CGT.

Nous constatons que seuls 3 points ont fait l’objet d’une modification dans l’accord du 17

juin tels que repris dans les éléments ci dessus :

- Articulation des grilles (qui sous les dires de la direction va assurer la prime produit pour plus

de visibilité)

- Evolution du métier Vendeur « Encaissement » (Obligation en cas de signature)

- Impact du click and collect (Principe du concept de choisir un produit sur les sites, le

réserver puis aller le chercher en magasin)

Il s’avère que les revendications portées au cours des négociations n’ont fait l’objet d’aucune

attention -de la part de Carrefour et Plus particulièrement notre inquiétude sur la stratégie à venir,

- Effectif via 3ans

- Bilan et impact découlant des nouvelles technologies

Il est à noter que le contenu du préambule dénote que l’accord à pour objectif « de mettre fin à la

baisse des effectifs » liée à la régression du chiffre d’affaire. Cela sous entend que le secteur EPCS

connaîtrait des difficultés !!! Rien ne garantie le maintient de l’emploi actuel dans la configuration

exposée par la direction..

Par ailleurs, cela s’accompagnera en cas d’une dégradation des résultats à la déclaration du métier

de vendeur en un métier sensible. (Métier à disparaître) puisque des difficultés économiques

de ce secteur sont évidentes, d’après la direction qui prétend que le secteur souffre

économiquement.

Nous ne devons plus rester, uniquement que sur les éléments de rémunération et les conditions de

travail, qui certes se dégradent, plus simplement réfléchir, au devenir des emplois, dans ce secteur.

N’oublions pas que sur les 4 dernières années le groupe a servi plus de 4

Nous attendons vos remarques sur ces propositions.

- 28 septembre : Proposition du nouvel accord

- 09 octobre : Signature

L’équipe CGT









Aucun commentaire: