mercredi 26 juin 2013

« À prendre ou à laisser » ?













Voila à quoi on en serait donc réduits… ?
 « À prendre ou à laisser » ?


Non content d’avoir économisé des millions d’euros par la diminution massive des effectifs, d’avoir grassement revalorisé le portefeuille des actionnaires en cédant sa branche hard discount ED/DIA, le Groupe Carrefour se débrouille une nouvelle fois pour appauvrir encore un peu plus ses smicards de salariés que nous sommes et qu’il exploite chaque année un peu plus : salaire équivalent à un « SMIC amélioré », cadences de travail en constante augmentation, gains de productivité établis sur le compte des effectifs en chute libre, restructurations incessantes… et cerise sur le gâteau : une prime de participation réduite à néant !

Qu’on ne se méprenne pas : La CGT continue à revendiquer un JUSTE partage des bénéfices mais pas en distribuant quelques miettes de revenus sous forme de prime aléatoire comme le fait le Groupe CARREFOUR.

C’est pour cela qu’elle ne peut porter sa signature sur ce type d’accord !
Les cotisations sociales (appelées « charges » par les ténors du MEDEF, comme ils appellent d’ailleurs « coûts » les salaires qu’ils sont encore obligés de nous verser !) représentent pourtant également NOTRE « part de salaire socialisé » (servant aussi au financement de nos écoles, de nos crèches publiques, nos hôpitaux, notre police, nos pompiers, nos infirmières, notre sécurité sociale, nos retraites…etc…)

Cette prime de participation aux bénéfices se fonde sur des modalités de calcul à minima, imposées par le code du travail qui ne seront à priori, que très peu améliorées par l’accord que propose aujourd’hui le groupe Carrefour  qui menace : « c’est à prendre ou à laisser ! »

Soyons clair, en réalité, à défaut de vrai partage des bénéfices, la direction du groupe fait ce qu’elle entend des formules de calcul concédées dans l’accord soumis à signature… tout comme elle fait ce qu’elle veut de ceux qui les acceptent… personne n’étant réellement en capacité de peser sur la stratégie fiscale d’un groupe mondialisé comme Carrefour !

Les salariés sont une nouvelle fois le dindon de la farce ! Pris d’une part, entre un groupe avide de profit qui entend leur faire payer une part des investissements (rénovations) entrepris sur les magasins français et de l’autre, certaines des organisations syndicales qui attendaient au minimum un peu plus d’égards quand à leur signature jusque là apposée sur chacun des accords depuis des décennies…

Nous voyons alors bien à quel jeu de dupes les salariés sont appelés à participer : d’un coté une direction exécutive qui pense finance, qui vit finance, rêve finance, transpire finance…et de l’autre une DRH (direction des ressources humaines) contrainte de faire passer et faire avaler à des syndicats trop pressés de « rendre service » aux salariés, des couleuvres et des accords au rabais à chaque fois !

Ce n’est pas d’une signature de pétition, ni d’un accord au rabais nous octroyant une prime aléatoire dont nous avons besoin pour vivre et faire vivre nos familles !...C’est d’un minimum de respect salarial que le groupe serait bien inspiré d’accorder à toutes ces femmes et tous ces hommes qui chaque jour, chaque matins et chaque soirs ouvrent et ferment ces usines à consommation qui font l’essentiel de la richesse de nos dirigeants !

A trop vouloir semer le désespoir on récolte la révolte disait l’autre !... La CGT se tiendra toujours aux cotés des travailleurs pour que soient satisfaits leurs besoins essentiels : Un emploi stable, un salaire conforme et des conditions de travail décentes !

Pour ne plus avoir à subir la variabilité de ces 
« primes aléatoires»…

AGISSONS AVEC LA CGT POUR OBTENIR DE QUOI VIVRE DIGNEMENT CHAQUE MOIS !!

Aucun commentaire: