mercredi 5 octobre 2011

PROPOSITION CGT REM VENDEURS








Courrier RAR à l’attention de Monsieur BURON
Directeur des Relations Sociales,
CARREFOUR HYPERMARCHES SAS.
ZAE St Guénault
1 rue jean Mermoz
91- EVRY COURCOURONNES


Objet : Propositions CGT/négociations rémunération vendeurs EPCS

A Port de Bouc,
Le 3 octobre 2011.

Monsieur le Directeur des Relations Sociales,

Comme à l’accoutumée nous vous faisons parvenir ci-dessous les propositions formulées par notre organisation syndicales relatives à la négociation de la rémunération des vendeurs EPCS actuellement en cours au sein de notre entreprise :

  1. La durée de travail : Nous constatons une durée de travail supérieure pour certains vendeurs contrairement à d’autres. Ceci constitue une discrimination entre salariés d’une même entreprise en contradiction totale avec le concept à «  travail égal salaire égal ». Nous demandons donc le passage à 35 heures pour tous les salariés vendeurs sans perte de salaire et sans les 2heures obligatoires hebdomadaires à effectuer. (Ce qui est le cas dans certains magasins !)

  1. L’employeur ne peut invoquer un droit au « secret » pour refuser de fournir aux salariés les éléments de calcul de leur rémunération variable. Nous exigeons que l’entreprise fournisse la formule de calcul qui en permet le paiement.

  1. A chaque augmentation de salaire (Nao) les salariés vendeurs se voient imputer une somme supplémentaire sur « le garant de rémunération ». Ce qui constitue pour ainsi dire qu’à chaque NAO, ils ont une perte de salaire. Nous demandons donc en conséquence, la suppression du garant de rémunération, son entière intégration dans la partie fixe, sans aucune obligation de rattrapage sur la partie variable (prime)

  1. Non respect des accords puisque « tout salarié des niveaux 1 à 4 » doivent avoir au minima 2 échelon de classification (A puis B) ce qui n’est pas le cas pour les salariés vendeurs signataires. Nous demandons la mise en place d’un niveau A/B/C. pour ces salariés.

  1. Mise en place du logiciel REMU en temps réel, fiabilisation des étiquettes EEG (correspondance prime)

  1. Prise en compte du libre service dans les prévisions du chiffre d’affaire. (souvent le C.A du « L.S » n’est pas déduit des objectifs des vendeurs.

  1. Abolition de l’injuste «répartition » de chiffre d’affaire dévolue au vendeur « absent » sur le vendeur présent.

  1. Maintien de la prime trimestrielle.

  1. Revendiquons que la rémunération des produits, marchandises soit basée sur le chiffre d’affaire et non sur la marge non maitrisée par les vendeurs.

  1. Attribution de la prime individuelle + collective sans aucune contrepartie : Même si le salarié n’a pas atteint la prime individuelle il doit se voir attribuer une prime collective si le rayon a atteint globalement son C.A, ou pouvoir, en fonction de ses résultats, obtenir le cumul des 2 primes « individuelle et collective ».

  1. Paliers pour la prime individuelle et collective :
Palier N°1 90%
Palier N°2 93%
Palier N°3 95%
Palier N°4 100%
En effet, nous tenons à rappeler que lors des prévisions de CA établies par l’entreprise entre l’année N à N+1, sont déjà majorées en moyenne de + de 5%  d’une année sur l’autre. Il est inacceptable que le salarié se voit infliger une « double peine » avec des paliers qui vont de 105, à 115% comme le propose l’entreprise actuellement. On ne doit pas dépasser les 100% d’atteinte des objectifs, déjà très difficilement atteignables.
  1. Suppression des paliers sur les extensions de garantie. Rémunération de 10% sur le contrat d’extension de garantie.

  1. Suppression des paliers sur les accessoires et maintien du système actuel.

  1. Aucun objectif ne doit être mis en place sur le « le crédit et la Carte Pass »
Ces critères ne font pas partie de la classification des vendeurs produits et services. Nous demandons la création d’emplois spécifiques, de nouveaux postes de travail dont la qualification portera justement sur le renseignement sur la carte PASS, les crédits  etc. …

15. Déplafonnement des « priorités locales »

PROPOSITIONS SPECIFIQUES A LA RADIO TELEPHONIE :

  1. Suppression des objectifs individuels sur le CA.

  1. Mise en place d’une prime « COLLECTIVE » rayon sur le CA. :
90%
93%
95%
100%

  1. Paiement « europièce » sur téléphone « nu » (sans abonnement)

  1. Toutes validation de vente doit être réalisée par un salarié de notre entreprise.

  1. Mise en place d’un nouvel « outil de travail » en remplacement de « PFUM » totalement obsolète.

  1. Mise en place d’une procédure permettant la visibilité de l’évolution de la partie variable en temps réel.

  1. Possibilité de mettre plusieurs abonnement sur une même et unique facture.


Dans la perspective d’une réelle prise en considération des revendications et propositions formulées par les vendeurs EPCS telles qu’exposées ci-dessus, dans l’espoir d’obtenir enfin une réelle visibilité et une transparence totale sur le devenir de l’EPCS et de l’emploi au sein de l’entreprise, nous vous prions d’agréer, Monsieur le Directeur des Relations Sociales, l’expression de nos respectueuses salutations.


Mme MONTOYA Claudette Mlle CAVA Virginie Mr GAULIN Frank
Déléguée Nationale CGT Hypermarchés Déléguée Nationale Adjointe CGT Hypermarchés Délégué Syndical Central CGT Hypers SAS

Aucun commentaire: