samedi 18 septembre 2010

jeudi 16 septembre 2010


LA QUESTION DES RETRAITES N'EST PAS ENCORE TRANCHÉE.

UL CGT Aulnay
LA QUESTION DES RETRAITES N'EST PAS ENCORE tranchée.
Aulnay, le l 6 septembre 20 l 0

Que les parlementaires de droite aient voté ou non, que le gouvernement fasse ou non des concessions (qui de toute façon s 'annoncent mineures), nous n'avons pas d'autre choix aujourd'hui que de lutter pour le faire reculer, ce qui serait également un avertissement sur les autres sales coups que le patronat et son gouvernement nous préparent ensuite.

Oui, il faut que le gouvernement revienne sur l'age de départ en retraite et même il faut qu'il revienne aux 37,5 années de cotisation pour un taux plein y compris dans le privé, comme c'était le cas avant les lois Balladur. La grande majorité des pays européen sont à 35 années, pourquoi pas en France aussi ?

Oui. il y a de quoi financer la caisse de retraite si l'on prend sur les profits des grandes entreprises et des banques, sur les cadeaux de l'état aux riches, banquiers et industriels dont les profits s'envolent en même temps que la productivité du travail!

Oui, le départ pour pénibilité est un leurre! Cela appelle une précision. Bien entendu la pénibilité que nous connaissons tous au travail est bien réelle. Ce qui est un piège, auquel il ne faut pas se laisser prendre, c'est de penser que les salariés pourront faire reconnaître cette pénibilité pour partir à la retraite à 60 ans. Ce n'est pas du tout la logique du gouvernement. Ce que souhaitent patrons et gouvernement c'est que chaque salarié, individuellement, fasse reconnaître un handicap pour faire valoir ses droits. La pénibilité ne rend pas forcément handicapé au moment où on part à la retraite. Par contre elle raccourcit l'espérance de vie, et cela pour tout le monde. C'est dans tous les secteurs que le travail est de plus en plus pénible.

Ce qui est présenté comme une avancée du gouvernement n'est en réalité qu'une provocation de plus de sa part.

La souffrance au travail, l'usure physique et morale, les rythmes de travail en équipes, en nuit, cela est bien la règle générale et il n'y a pas besoin d'expertise médicale ni d'accord de la Sécurité sociale pour justifier que le travail use. Mais même ça, le gouvernement la rejeté pour le remplacer par un soi-disant départ individualisé pour handicap à 60 ans (pas avant) avec l'accord d'une commission !

Les ouvriers ont une espérance de vie inférieure de 7 ans à celle des cadres.
Ceux qui travaillent de nuit voient leur espérance de vie chuter de 10 ans.
Chaque année de travail après 60 ans fait perdre encore 6 mois d'espérance de vie 26 % des ouvriers meurent avant 65 ans ! Ces chiffres, ils sont connus. Quelles preuves veulent-ils de plus ?

Oui, nous avons le pouvoir de les faire reculer, si ceux des salariés qui sympathisaient avec les grèves du 7 septembre sans y participer rejoignent l'action à leur tour.

Rien n'est joué ! Il faut que la mobilisation se poursuive et s'amplifie. La réforme va passer au Sénat à partir du 5 octobre.

Alors, Le 23 septembre, il nous faudra être encore plus nombreux que le 7.

Et ce 23 septembre devra nous servir à attirer les hésitants dans la rue avec nous.

Notre force c'est le nombre. Nous sommes plus nombreux que les patrons et les parlementaires. Il n'y a aucune raison de les laisser décider de notre sort à notre place.

Venez en discuter à L'Union Locale CGT d'Aulnay lors de l'Assemblée Générale des syndiqués : Mardi 21 septembre à partir de 17h30 19-21 rue Jacques Duclos, 93600 Aulnay-sous-Bois Au vieux pays (au-dessus de Shopi), 2è étage.

L'Union Locale a réservé un car pour la manifestation du 23 septembre à 13h à Bastille,
Départ 12h rue Camille Pelletan, parking derrière la Bourse du Travail un arrêt aura lieu à Carrefour Aulnay sous bois


merci de nous confirmer ta présence par mail ou téléphone
--
Union locale CGT
Tél. 01 48 66 32 41   ulcgtaulnay@gmail.com



MAP-debout_la_d'dans
envoyé par yonizz. - Clip, interview et concert.

Aucun commentaire: