vendredi 26 février 2010

Carrefour communiqué CEE



Communiqué de presse

 

CARREFOUR : IL EST PLUS FACILE
DE DÉTRUIRE QUE DE CONSTRUIRE !

 

L’annonce du plan de restructuration en Belgique provoque un séisme pour les salariés belges qui seront durement frappés par cette décision, quelques jours seulement après l’annonce de résultats attestant de la très bonne santé financière du groupe.

Rappelons que cette décision a été mûrement réfléchie par la direction du groupe, le plan de restructuration portant sur un périmètre qualifié de G4 et qui couvre, outre la Belgique, la France, l’Espagne et l’Italie.

Ce plan vise à accroître les profits du groupe de 2,1 milliards d’euros d’ici à 2012, profits essentiellement engrangés par les forces vives du groupe : ses travailleurs.

Ce qui arrive aux salariés belges démontre déjà que ce plan impacte très durement l’emploi. La France est notamment touchée par une vague de suppressions de 5000 postes environ ; ce que la direction réfute en renvoyant à de « simples ajustements horaires sans dommages sociaux ! »

Bien qu’attendue, l’annonce concernant Carrefour Belgique surprend les élus et représentants des salariés du groupe, qui se sont vus privés d’une procédure officielle et légale que la direction leur devait. Nous entendons rappeler à Carrefour ses obligations en matière d’information et de consultation préalables, conformément à la législation européenne qui prévoit une telle procédure en matière de restructurations, afin de permettre aux salariés de s’organiser.

Aussi, nous dénonçons l’inefficacité du dispositif d’accompagnement des restructurations appliqué par le groupe, en France, et subventionné par le contribuable pour le maintien de l’emploi à hauteur de près de 200 millions d’euros (uniquement sur les hypermarchés).

Faute d’une stratégie claire (hyper en panne depuis de nombreuses années, dérive sur le métier de promoteur immobilier…), le groupe est engagé dans un plan maximaliste de réduction des coûts qui ne fait que déstabiliser un peu plus les équipes à tous les niveaux, quel que soit le pays !

Au-delà des agressions concentrées envers l’emploi, nous doutons de l’efficacité de ce plan qui, pour nous, éloigne durablement et de plus en plus de clients.

Le « positif » n’est définitivement pas de retour !

La CGT assure les salariés belges et européens de toute sa solidarité dans la lutte contre la stratégie du groupe Carrefour.

 

 

Montreuil, le 24 février 2010

 

 

CONTACT :

Claudette Montoya, Déléguée CGT Groupe Carrefour

Tél. : 06 18 91 90 87

 

 


Aucun commentaire: