lundi 18 janvier 2010

CR_EMPLOI_JANVIER (Enregistré automatiquement)



Compte rendu C.G.T  de la commission emploi Carrefour du 05/01/2010

 

 

Ordre du jour :

 

-        1 Initiative 6

-        2 Projet commerçant

-        3 Banque Carrefour

-        4 Automatisation des caisses

 

1- Initiative 6 :inventer l’hypermarché

 

Cette initiative est testée sur 5 magasins « Vénissieux, Givors, Francheville, Lyon Part Dieu, Ecully ». Notre direction qui excelle dans le domaine de la manipulation nous annonce qu’elle a pour objectif devenir « le commerçant préféré ».Elle persiste dans son projet basé sur trois leviers :

-        Culture client (amélioration de l’image prix, relance des produits MDD, mieux connaitre les clients)

-        La transformation

-        L’innovation (devenir le leadership)

La direction nous explique qu’il est impératif d’enchanter nos clients, de faire des courses un moment de plaisir, de prendre soin du client, s’adresser aux femmes en prioritéetc. Plus clairement, sous ce prétexte, ils vont adapter le magasin à la demande clientèle (La, franchement, cela commence à faire peur !!!) en tenant compte des magasins concurrents les plus proches. Créer des magasins à vocation diversifiés en fonction de la concurrence.

Exemple :

Si à coté de votre magasin se situe un magasin « Bricorama » le rayon bricolage de votre magasin a de très grande probabilité d’être réduit à néant dans un futur proche ! (Idem pour le secteur EPCS si vous avez un magasin Darty proche, pour  le rayon meuble si vous avez un magasin Ikea dans les alentours …)

la direction veut déployer cette méthodologie de travail à l’ensemble des magasins (mise en place d’équipes projets mobilisées sur chaque secteurs)

-        Pour la C.G.T il ne faut pas être dupe !

Quand la direction persiste dans un satisfecit de son plan, pour nous salariés se profilent une nouvelle fois un ajustement des heures travaillées, des suppressions de postes !

Tout simplement indécent !

Dans ce dossier, un seul oubli : le salarié !

Aucun levier ne prend en compte la pénibilité, les conditions de travail, la reconnaissance des taches effectuées, la dignité, le respect …etc.… mais priorité à la rentabilité !

 

2- Projet commerçant

 

Magasin test : Claye Souilly  / Aire sur lys

Dans ce projet la direction  entend changer le fonctionnement du back office et supply chain afin d’améliorer leur efficacité ! La mission de l’encadrement sera axée  sur le management des hommes soit beaucoup moins de temps passé dans l’administratif.(afin de rentabilisé le nombre d’heures travaillées !) dans des conditions de travail épouvantable !

Une bascule informatique est prévue en janvier 2010, suivie d’un déploiement sur l’ensemble des magasins.

Pour la C.G.T ce projet va générer encore plus de pénibilité, des équipes réduites, un niveau 4  qui a moyen terme risque fort de  remplacer le personnel de l’encadrement sans aucune reconnaissance financière des taches effectuées (se qui pose le problème de classification) !

Cette organisation va jongler avec des conditions de travail de plus en plus pénible, un stress permanent.

encore, les salariés vont payer les effets d’une organisation malade, avec le risque qu’ils intègrent à tel point ces contraintes qui s’imposent à eux  et qu’ils  retournent cette adversité contre eux même  entrainant  des risques de dépressions, mal être …

Encore une fois tout cela résulte de la course folle aux profits et la rentabilité à court terme !

 

3- Banque carrefour

 

Tout le monde est désormais au courant Carrefour Hypermarchés externalise les (+ de) 1600 salariés des stands financiers et des stands d’assurance au sein de la S2P qui est une société détenue (jusqu’à aujourd’hui) à 60% par Carrefour SA et qui exerce une activité de fourniture de crédits à la consommation, de gestion de portefeuilles de valeurs mobilières, de courtage en assurance, de services d’investissement et de monétique.

 

Le transfert de l’ensemble des contrats de travail sera donc imposé au 1er Mai 2010 à l’écrasante majorité des salariés par le biais des articles L 1224-1 et 2 du code du travail, qui deviendront par conséquence salariés à part entière de la S2P et  dépendront dorénavant des dispositions de la Convention Collective nationale des Sociétés Financières ainsi que des accords d’entreprise interne à la S2P.

Quelques comparatifs :

-                    Garantie prévoyance/frais de santé : APGIS (les cotisations sont identiques à celles misent en place chez carrefour).

o      En cas de maladie, le maintien de salaire considéré est le minimum prévu par la convention collective national (CCN)

o      Prime d’ancienneté : Les salariés S2P bénéficient d’une prime d’ancienneté mensualisée, effective des 3 ans et plafonnée à 15 ans. (0,75% de la rémunération conventionnelle minimale garantie correspondant au coefficient hiérarchique du salarié). La direction annonce que tous salariés transférés ayant plus de 3 ans d’ancienneté auront pour acquis une prime d’ancienneté de 3 ans. Hors, lors d’un transfert de salarié, le  repreneur doit tenir compte de l’ancienneté des salariés ! Pour la C.G.T se pose un gros problème juridique ! il est inacceptable qu’un salarié ayant 15 ans d’ancienneté se retrouve plafonné à 3 ans d’ancienneté. La C.G.T demande accès au contrat commercial.

o      La grille de salaire correspond à celle de la convention de groupe. (le minima).

o      Les taches effectuées par le service financier en magasin non aucune correspondance dans la cotation des taches (classifications) ! Devant la demande de la C.G.T, la direction n’a pas était en capacité de donner une réponse sur le coefficient de rémunération du salarié transféré !

o      Les salariés S2P sont bénéficières de tickets restaurant d’une valeur de 7 euros avec une participation salariale de 2 euros 40. Cet avantage ne sera pas maintenu pour les salariés carrefour qui lors du transfert garderons leur acquis actuel! (jusqu’à la prochaine négociation…ou rien-est gagner !!!) C’est scandaleux !

o      L’intéressement : Cet accord a été conclu le 02 /06/2009 sur la base de 3 critères : 1/ Progression annuel de l’ebit, 2/ Progression annuel des produits net bancaire, 3/ Progression annuel du total des frais généraux. (Au cours des 5 dernières années le montant moyen reçu au titre de l’intéressement  représente environ 6 % de la rémunération annuelle du salarié. Là se pose une nouvelle fois le problème du coefficient du salarié transféré ?  la direction propose de nous communiquer dans les semaines qui viennent l’évaluation de coefficient de la grille salariale.

o      Les jours d’ancienneté : Les salariés S2P  bénéficient d’1 jour d’ancienneté tous les 10 ans. Lors du transfert  les salariés carrefour seront au même régime, soit inférieur au notre (tout en gardant les jours déjà acquis)

o      Les maladies conventionnelles (absences familiales) encore, la situation est  inférieure à celle de notre convention.

o      Maintien du contrat de travail à 35 heures incluant l’acquisition des repos supplémentaires. Après le transfert deux accords seront négociés : 1/ Réseau (35 heures plus 6 RS), 2/ le siège (36heures plus 7 RH)

o      L’état de pointage du salarié hyper n’a pas été encore  défini

o      Pas de tenu obligatoire

o      La prime vacances n’existe pas dans S2P. Si aucun n’accord est conclu à la suite du transfert, le salarié hyper se verra mensualisé sur sa fiche de paie la prime vacances sous forme « Maintien avantage acquis »

o      RVI : La société S2P appliquera l’accord collectif d’entreprise du 13 mai 2009 en vigueur dans les hyper sur un délai de survie de 15 mois sauf si signature d’un accord de substitution. (S2P a pris l’engagement de renégocier cet accord au cours de l’année 2010 ???)

o      Pas de clause de mobilité

o      Transfert de la société KARMA (assurance) chez S2P, (entre 450 et 500 salariés) se qui

o      va entrainer  à moyen terme la mise en place de la poly activité !!!

 

Pour la CGT, il semble évident que l’inquiétude et le manque d’information actuel sur l’avenir des employés des stands financiers ne manquera pas, sous peu, de s'exprimer dans un mouvement national fort et unitaire pour contraindre la direction à entendre cette appréhension légitime liée à l’incertitude du lendemain.

 

La CGT Carrefour est en contact permanent avec les juristes de sa confédération syndicale ainsi qu’avec un cabinet d’avocat spécialisé dans le droit du travail. Elle a saisi par courrier la direction nationale et l’inspection du travail du siège à Evry pour obtenir dans les plus brefs délais des réponses concrètes à toutes nos interrogations.

 

Nous restons également en contact avec la Direction Nationale des Relations Sociales de Carrefour pour, au fil des réunions, recueillir des informations supplémentaires que nous ne manquerons pas de vous transmettre au fur et à mesure.

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 


Aucun commentaire: