lundi 21 décembre 2009

tract remu EPCS 14.12.09



  

La CGT l'avait pressenti, la CGT  l'avait dénoncé et tenté de l'empêcher et pourtant... le constat est là : FO ayant signé en 2007 l'accord sur la nouvelle rémunération variable des vendeurs EPCS, elle s'applique donc désormais et les craintes formulées il y a 2 ans par la CGT et les vendeurs se concrétisent chaque jour un peu plus en cette fin d'année 2009 !

En effet, constatant la légitime inquiétude que cette rémunération variable désormais basée sur la marge (et non plus sur le chiffre d'affaire) pouvait susciter chez les vendeurs, la CGT avait entrepris à l'époque une grande consultation nationale sur ce sujet par le biais d'un collectif qui n'a pas hésité à se déplacer en région pour expliquer les tenants et les aboutissants de ce projet à des salariés souvent mal informés de ce qu'il se tramait dans leur dos...

Il est ressorti de ces consultations qu’une très forte majorité de vendeurs a très vite perçu la volonté masquée de la Direction Nationale, qui en tentant de baser la partie variable de leur rémunération, non plus sur le chiffre d’affaire mais désormais sur la marge, voulait leur ôter de fait, toute maîtrise et tout contrôle sur cette partie de leur salaire, en instaurant qui plus est, une polyvalence et une concurrence accrue qui n'aurait pas manqué, dans un proche avenir, d’avoir aussi des conséquences désastreuses sur les effectifs de ce secteur !…

Mais malheureusement toutes ces démarches n'auront, à l'époque, pas suffit : les courriers à la direction nationale, les tracts explicatifs, les journées de négociations paritaires, les communiqués de presse, les nombreuses actions ou mouvement de grève entrepris par les vendeurs soutenus par la CGT n'auront pas réussi à contrer ce projet : FO ayant eu une vision différente, c’est son droit le plus absolu, décida de signer, seule, l’accord sur la mise en place de cette nouvelle rémunération.

Pourtant, devant la grogne des vendeurs une nouvelle fois lésés sur ce mois de décembre 2009 par des opérations commerciales nationale à répétition de « remise en caisse », par des catalogues qui pénalisent constamment la marge et donc les primes, la CGT a décidé une nouvelle fois de reprendre l'initiative en communiquant par voie de tract en direction des vendeurs tout en saisissant la Direction Nationale Carrefour pour dénoncer l'inacceptable dès ce début de mois !

Force est de constater que cela a au moins eu le mérite de « ruer dans les brancards » puisqu'ici ou là, des arrangements de « compensation locale » ont pu être dégagés entre les vendeurs et certaines directions d'établissement et qu'il paraitrait même que l'organisation FO reviennent sur ses positions et serait sur le point de « renégocier » cet accord signé 2 ans auparavant (?)

Si tel était le cas, partant du principe qu' « il n'est jamais trop tard pour bien faire » ou encore qu' « il est parfois bon de savoir reconnaître ses erreurs », la CGT se féliciterait de voir se rouvrir des négociations nationales sur la rémunération variable des vendeurs EPCS dans les plus brefs délais mais sur des bases concrètes et objectives pour que le fameux concept du « gagnant-gagnant » si souvent prôné par l'entreprise s'applique enfin réellement sur le terrain !

Dans l’attente, la CGT est et restera aux cotés de ces salariés                        bien décidés à ne pas laisser s’effondrer plus encore                                            leur pouvoir d’achat et à dénoncer encore et toujours                                        ces reculs sociaux à répétition                                                                                             que tente de nous imposer  CARREFOUR !


Aucun commentaire: