mercredi 30 décembre 2009

Cr COMMISSION suivi pc 8122009 déf

Commission suivi Parcours clients

COMMISSION DE SUIVI

PARCOURS CLIENTS

 

 

Réunion du 8 décembre 2009

 

 

Participants :

 

 

Philippe Claude EBROIN – ST EGREVE CFDT

Nassera BOUZEKRI – Créteil - CFDT

Pascale POURCHASSE – FRANCHEVILLE- CFTC

Philippe HUREAU- Liévin - CFTC

Dominique BELTRAND – Aix en Provence - FO

Marc CREVECOEUR MONTESSON FO

 

 

Représentants de la Direction :

 

Loïck LEBAS – Direction EPCS

Jean-Louis TRINTIGNANT - DRS

Laure BOMO – DRS

Laurent BONNIFAIT : Déployeur Sud Est

Olivier ROUSSEAU : Déployeur Grand Ouest + IDF

 

 

Début de réunion à 14h15


 

 

Loïck LEBAS présente un document de synthèse (joint en annexe 1).

 

Déploiement à date :

v       34 magasins de la vague 2 sont déployés sur l’exploitation Nord et 16 sur l’exploitation sud.

v       100% des magasins de l’exploitation sud concernés par la vague 2 ont réalisé le déploiement

v       Parcours clients sera déployé sur les 8 derniers magasins de l’exploitation Nord.

 

Les membres de la commission observent que le déploiement de la vague 2 a été plus rapide que le déploiement de la vague 1.

De fait la Direction confirme que le calendrier initial a été globalement respecté. L’expérience de la vague 1 a permis d’aller plus vite sur la vague 2.

 

En ce qui concerne l’évolution du CA EPCSles écarts par rapport à l’année dernière sont:

·       -0 ,1% sur octobre 2009

·       +1,5% sur octobre 2009

 

A date, 50 magasins concernées ce qui représente 147 personnes concernées. 35% sont repositionnées sur le secteur caisses (47 salariés) et 65 % sur d’autres secteurs (soit 88 salariés).

 

Il est précisé que parmi les personnes concernées 4 sont en congé maladie ou parental, 2 en départ en retraite ou fin de contrat, 3 en formation et 3 en longue maladie.

Les membres de la commission interrogent la direction pour connaître l’accompagnement prévu au retour de ces personnes. La direction indique que la préconisation est bien de les contacter pour les informer pendant la période de suspension et de les recevoir à leur retour.

 

Il est également demandé le montant de gain de Frais de personnel sur ce dossier. La direction rappelle qu’il n’y a pas eu de licenciement et que l’accompagnement social envisagé prévoit uniquement la mobilité interne. Cette statistique n’a donc pas lieu d’être.

 

Que se passera t il en cas de baisse conséquente du chiffre d’affaires EPCS ? Ce dossier va-t-il être révisé ?  La direction répond, qu’actuellement, il n’y a pas assez de visibilité pour faire ce type de constat, qui ne peut en tout état de cause être réalisé qu’après plusieurs mois. Personne ne peut prédire ce qui se passera en cas de baisse d’activité. (Sachant qu’en observant l’evolution CA des magasins déployés en comparaison avec les magasins non déployés, il n’y a pas d’écart négatif constaté.)

 

Suite à ces échanges, la parole est donnée aux deux déployeurs présents afin qu’ils puissent témoigner.

Leur démarche a eu pour objet de présenter le calendrier et le dossier.

- En ce qui concerne l’accompagnement, il faut vérifier si la réunion de CE a été réalisée, quelle était la faisabilité par magasin, présenter la GPEC aux équipes, fixer la date de déploiement.

- En ce qui concerne la phase de démarrage, la date a varié en fonction des spécificités du magasin.

L’objectif est de démontrer la cohérence du projet à l’ensemble des acteurs (vendeurs, caisses, sécurité) en rencontrant les personnes et en réalisant les formations.

-         Lors de la vague 1, Loick Lebas a animé les formations. Ce sont les déployeurs qui les ont animées lors de la vague 2

-         Des visites ont été réalisées avant et après le déploiement.

Interrogés sur les mauvais ressentis et les dysfonctionnements, les déployeurs indiquent qu’ils ont pu noter une crainte liée au changement d’où la nécessité d’un accompagnement. Ils n’ont pas vécu d’opposition totale. Les parcours clients sont refaits par les déployeurs pour vérifier le bon fonctionnement. Si tel n’est pas le cas, des plans d’actions sont proposés.

 

Loick Lebas précise que leur rôle est de vérifier les connaissances en matière de GPEC, accompagnement le directeur et les équipes.

En ce qui concerne la GPEC, l’accompagnement a été individualisé en fonction de l’histoire du salarié afin de trouver des solutions alternatives satisfaisantes.

Ils confirment que des dates de déploiement ont été retardées si une solution satisfaisante n’avait pas été trouvée.

 

Les membres de la commission souhaitent évoquer les dysfonctionnements. Les déployeurs indiquent que sur 146 magasins, la mise en place du processus doit tenir compte des spécificités. Cependant les membres de la commission considèrent que le point d’amélioration reste la sécurité. Il y a trop d’attente. Des bonnes pratiques doivent être développées.

 

Pour conclure, les membres de la commission demandent à ce que l’on donne les moyens aux magasins de mettre en œuvre les projets.

4/4


Aucun commentaire: