mercredi 4 novembre 2009

Carrefour : départ du directeur Europe

Carrefour : départ
du directeur Europe

.
Lars Olofsson, directeur général du groupe Carrefour

Lars Olofsson, directeur général du groupe Carrefour

G.Puech | JDF | 04.11.2009 | Mise à jour : 12H51

Lars Olofsson vient d’annoncer le départ de Guy Yraeta, le responsable des quatre principaux pays européens à l’exception de la France. La valse des dirigeants continue.

Après le responsable des hypermarchés France, Lars Olofsson, directeur général de Carrefour, vient d’officialiser le départ de son responsable Europe, Guy Yraeta en tenant à le remercier pour le travail effectué durant 33 ans au sein de Carrefour.

Entré en 1976 chez Carrefour, Guy Yraeta, 56 ans, dont 33 passés chez le numéro deux mondial de la distribution, a gravi tous les échelons pour devenir en juillet 2008 directeur exécutif en charge de la Belgique, de l’Espagne, de l’Italie et de la Pologne. Membre du comité exécutif, il était également administrateur de la fondation internationale Carrefour. Guy Yraeta était également chargé du dossier de «réinvention» de l’hypermarché, en fait la recherche d’un nouveau concept pour le format de magasin phare du groupe qui tarde à émerger.

Cette décision intervient quelques jours à peine après l’annonce de la réorganisation des services commerciaux de Carrefour pour l’Hexagone, avec l’arrivée à leur tête de Ignacio Gonzalez Hernandez, et seulement deux semaines après le départ d’Alain Souillard, qui a été remercié moins de deux ans après sa nomination à la tête des hypermarchés Carrefour France. Avec les départs de ces cadres historiques, Lars Olofsson, arrivé en 2008 chez Carrefour, semble peu à peu imprimer sa marque dans l’organigramme d’un groupe en pleine mutation. Il faut dire qu’en amont, les pressions semblent s’accentuer dans l’actionnariat. Récemment, deux articles du Monde avaient indiqué que le groupe étudiait de possibles cessions dans les marchés émergents, afin de faire rentrer du cash dans les caisses du groupe. Des rumeurs que le groupe avait catégoriquement démenties.

Il n’en reste pas moins que la question des cessions pourrait inévitablement se poser après la décision d’une cour indonésienne, qui a condamné le distributeur pour abus de position dominante. Au terme d’une enquête, la Commission de la concurrence a affirmé mardi que Carrefour violait les lois anti-monopole en vigueur dans le pays et avait abusé de sa position dominante pour «faire pression sur les fournisseurs afin d’obtenir des rabais». Le groupe est présent via 75 magasins, dont 45 hypermarchés, en Indonésie. Il avait acheté l’an dernier l’enseigne locale Alfa Retailindo pour un prix de 49 millions d’euros. C’est semble-t-il la goutte qui a fait déborder le vase.


source journal des finances









Aucun commentaire: