samedi 4 juillet 2009

les projet de M Lars Olofsson

Sent: Tuesday, June 23, 2009 12:24 PM

voici un article parut dans le figaro très intéréssant

bonne lecture
vero gardanne

Lars Olofsson va accélérer la transformation de Carrefour

Ivan Letessier
23/06/2009 | Mise à jour : 08:07
| Commentaires 6 | Ajouter à ma sélection
Le directeur général de Carrefour, Lars Olofsson, en mars,dans son bureau à Levallois-Perret.
Le directeur général de Carrefour, Lars Olofsson, en mars,dans son bureau à Levallois-Perret. Crédits photo : Le Figaro

Réorganisations et nouvelles méthodes de travail permettront des économies massives d'ici à 2012.

«En avant !» C'est le mot d'ordre très volontariste de Lars Olofsson, le directeur général de Carrefour. Le Suédois, qui a pris en janvier la tête du deuxième groupe mondial de distribution, réunit ce mardi matin pour la première fois ses 500 principaux cadres à Paris pour leur présenter le détail de sa stratégie, déclinée en sept chantiers, baptisés «initiatives».

L'ex-numéro 2 de Nestlé souhaite transformer radicalement le groupe issu du mariage, en 1999, de Carrefour et de Promodès. Une fusion qui, dix ans après, n'est toujours pas effective, ce qui a engendré «un fonctionnement trop lourd, trop coûteux et pas assez réactif», estimait en mars Lars Olofsson. Les chantiers du patron ont officiellement pour objectif de «rendre Carrefour plus agile, plus efficace et plus performant», de permettre au groupe de croître plus rapidement et de regagner des parts de marché.

Lars Olofsson ne le dira pas aussi clairement que cela aujourd'hui à ses équipes - qu'il doit galvaniser - mais son plan a également vocation à dégager d'importantes synergies et autres économies de coûts.

Depuis février, une équipe de consultants du cabinet McKinsey travaille à cet ambitieux projet. Le chiffrage global des économies n'est pas encore définitif mais il dépasserait 2 milliards d'euros d'ici à 2012, selon nos informations, que le groupe n'a pas souhaité commenter. C'est bien plus que les 150 millions glanés sur le second semestre 2008, et les 500 millions d'économies sur les frais généraux et les dépenses en magasins initialement visées cette année.

Un plan très ambitieux

Jugé pour certains trop ambitieux par les managers, le chiffrage des nombreux volets de ce plan d'économies n'a pas encore été validé par Lars Olofsson, qui doit livrer le détail de sa stratégie aux analystes financiers le 30 juin. Mais le Suédois est déterminé à chasser les coûts superflus partout où ils se trouvent, des magasins aux sièges sociaux, en passant par la logistique et les dépenses de publicité. Et à mener de front toutes les réformes.

La logistique sera l'une des plus importantes sources d'économies. Très pointus, les consultants ont calculé le temps moyen de déchargement d'un camion de livraison en magasin. Parmi leurs objectifs : mieux anticiper les ventes de chaque hyper et supermarché, avec des outils de prévisions statistiques, afin de diminuer les stocks.

Parallèlement, Lars Olofsson a prévenu qu'il y aurait des «choix radicaux dans les assortiments». En clair, une baisse du nombre de références dans les rayons, qui diminuera les coûts de fonctionnement.

Lars Olofsson souhaite également réduire l'écart des conditions d'achat entre Leclerc et Carrefour, que le cabinet de conseil a également chiffré. Les services achats seront donc réorganisés afin de dégager des synergies entre les filiales partout dans le monde et entre les différents formats de magasins (hyper, supermarché et hard discount).

Autre source d'économie : la publicité et la promotion. S'il n'est pas question de relâcher la pression face à Leclerc, Carrefour souhaite faire varier le niveau d'intensité promotionnel selon les magasins, en fonction de la concurrence locale et du profil des clients.

Enfin, un plan de réorganisation ambitieux aura forcement un volet social. « Je n'exclus pas des restructurations et des baisses d'effectifs », a prévenu Lars Olofsson lors du dernier comité de groupe. Cela n'entraînera pas forcément de plan de sauvegarde de l'emploi. L'effectif français du groupe a diminué de 5,9 % entre fin 2007 et fin 2008, à 131 976 salariés, principalement sous l'effet du turnover. Cette année, la branche hypermarchés limitera ses embauches en CDI à 6 000, contre 7 500 l'an passé.

Les sept "initiatives" pour "transformer" le groupe

Raviver la marque Carrefour. Redéfinir l'organisation du groupe. Codifier et diffuser le savoir-faire et l'innovation. Créer les meilleures performances d'achat. Refondre le modèle de fonctionnement. Réinventer et optimiser l'hypermarché. Améliorer l'image prix.

LIRE AUSSI

» Koor pourrait investir 630 mls dans Carrefour

» Carrefour ouvre son premier hypermarché en Russie

» Carrefour teste des hypermarchés «sur mesure» pour ses clients

» Carrefour repart à l'offensive dans le hard discount

Un financier israélien invité surprise au capital

Confiance à long terme ou opportunité ? Le milliardaire israélien Nochi Dankner a prévu d'investir 640 millions d'euros en actions Carrefour. Ce qui lui permettrait de détenir 3,03 % du capital. " Je suis sûr que, sous la conduite de Bernard Arnault et son équipe et du groupe Colony capital (qui détiennent à eux deux 13,55 % du groupe), Carrefour va continuer de développer ses activités dans le monde et améliorer sa rentabilité ", assure l'homme d'affaires. Sa société, Koor Industries, est récemment entrée au capital de Credit Suisse, avant de réduire sa participation.

Imprimer
.
Partager
.
Envoyer
.
S'abonner
.
Imprimer
.
Partager
.
Envoyer
.
S'abonner
Mobile
3D
.

Aucun commentaire: